Korotchenzov

3ème jour de combat dans l'arc Svitlodarsk, l'OSCE témoin

mardi 20 décembre 2016 Une Saint Nicolas ensanglantée !

Les observateurs de l'OSCE ont confirmé la réalité de l'attaque ukrainienne dans leur rapport du 19 décembre 2016. 

 

Depuis le 18 décembre matin de violents combats opposent les forces républicaines avec les unités d'assaut ukrainiennes qui ont déclenché depuis 2 jours une série d'assauts sur le secteur de la ligne de front appelé "arc Svitlodarsk" du nom de la petite ville centrale située côté ukrainien.
 
Aujourd'hui, les forces ukrainiennes ont repris leur campagne de bombardements sur les positions républicaines et réalisés de nouvelles attaques terrestres, tandis que de part et d'autre du front, les états majors dépêchent de nouvelles unités et matériels pour renforcer leurs unités durement éprouvées.
 
L' "arc Svilodarsk"
 
Le secteur qui depuis 3 jours est le théâtre d'une violente escalade du front du Donbass est situé au Nord de la République Populaire de Donetsk et à l'Est de la ville de Gorlovka. Cette ligne de front à la charnière des deux bastions séparatistes est particulièrement importante car elle protège la ville de Debalsevo, carrefour routier et ferroviaire d'une importance stratégique vitale et pour lequel déjà pendant l'hiver 2014-2015 de violents combats ont eu lieu, provoquant la mise en place de nouveaux accords de paix appelés "Minsk 2" (entrés en vigueur le 15 février 2015).
 
Si les "ukrops" ont évacué le chaudron de Debalsevo en février 2015, la ligne de front qui a été fixée au lendemain de Minsk 2 reste orientée vers cette ville carrefour comme un arc tendu (d'Est en Ouest) entre Zaitsevo, Kalinovka, Lozove,et Kalinovo, points d'appuis républicains sur lesquels l'armée ukrainienne n'a jamais relâché ses pressions offensives...
 
 
Sur l'aile Ouest de cet arc qui borde la zone urbaine de Gorlovka et qui est difficilement pénétrable, l'armée ukrainienne utilise surtout son artillerie, notamment à Zaitsevo, village régulièrement bombardé depuis le début de l'année.
 
En revanche depuis dimanche les bombardements, au centre et à l'ouest de ce dispositif, non seulement se sont intensifiés mais ont accompagné des assauts blindés menés sur plusieurs points d'appui de la ligne de défense républicaine, notamment la colline "220" située près de Kalinovka.
  
L'offensive ukrainienne
 
 
Selon les premiers témoignages et comme lors de leur dernière  offensive tentée dans le secteur le 29 juin dernier, grâce à la brutalité de leurs préparation d'artillerie et de leur assaut blindé, les unités d'assaut de la 54ème Brigade mécanisée ukrainienne du colonel Vladimir Gorbatyuk renforcées de paramilitaires du "Prayvi Sector", sont parvenues a bousculer la première ligne de défense républicaine, qui a réalisé alors un combat de freinage le temps qu'une contre attaque soit dirigée contre l'ennemi à partir de la deuxième ligne de défense.
 
Cette fois les forces républicaines, fortes de l'expérience de juin ont réagi encore plus vite et malgré l'intensité du choc reçu, principalement par la 7ème brigade d'infanterie déployée entre Kalinovka et Lozove, elles ont pu contenir l'assaut et infliger de lourdes pertes à l'ennemi (4 véhicules blindés et des dizaines de tués et blessés)
 
Malgré cet échec cuisant où de nombreux soldats sont tombés dans leurs propres champs de mines, ou ont été tués et blessés par les contre attaques républicaines, les forces armées ukrainiennes ont continué depuis le 18 décembre soir  à bombarder et lancer des assauts sur cet axe du front, confirmant que cette offensive est organisée à haut niveau et sur une grande échelle.

Du côté de l'OSCE, n'en déplaise aux communiqués propagandistes ukrainiens qui se vautrent dans une inversion accusatoire éhontée, les observateurs ont confirmé la réalité de l'attaque ukrainienne dans leur rapport du 19 décembre 2016. Dans ce compte rendu d'observation, l'OSCE comptabilise 700 tirs en provenance des forces ukrainiennes :


La MSS de l'OSCE a confirmé que les forces de Kiev présentes près de Svetlodarsk avaient lancé une attaque massive contre les positions de la RPL le 18 décembre. Le centre de presse de Lougansk a rapporté que la MSS avait indiqué cela dans son rapport du jour, basé sur les informations reçues le 18 décembre à 19 h 30 :


« Sur une période de six heures le 18 décembre (alors que nous étions dans la zone contrôlée par le gouvernement de Svetlodarsk), la MSS a entendu 700 explosions évaluées comme étant 680 tirs d'artillerie sortants (122mm) à 5-6 km et 8-10 km Nord-Ouest ; et 20 tirs de chars d'assaut sortants à 3-10 km Sud-Ouest, » indique le document de l'OSCE, rapporté par DONI Press.

Ainsi aujourd'hui, après des bombardements qui ont frappé les point d'appui Novoluganskoe, Mironovsky-Svitlodarsk et Zolotvali, de violents combats ont à nouveau éclaté vers 14h00, toujours entre Kalinovka et Lozove, mais les forces républicaines en alerte maximum et renforcées ont non seulement résisté à chaque attaque mais ont même lancé une contre offensive dans l'après midi. 

Ces attaques ont été particulièrement intense comme en témoigne ce médecin militaire des forces de Lugansk qui racontent que "les soldats dans les tranchées ne pouvainet même pas lever la tête"



A noter que certaines attaques ont été effectuées cet après midi dans le secteur de Kalinovka par des groupes de paramilitaires du "Prayvi Sector", qui sont déployés ici sous le commandement de la 54ème Brigade. 

En fin d'après midi, le commandement ukrainien demandait l'évacuation massive des résidents de Svitlodarsk et Myronivsky, mais aussi l'arrivée de nouveaux renforts importants... des mesures qui laissent à penser qu'une offensive encore plus importante est en préparation dans ce secteur.


Situation militaire au 20 décembre 2016
 
Des pertes ukrainiennes très importantes 
 
Ukrop tué sur l'arc de Svitlodarsk le 18 ou 19 décembre 2016 (vraisemblablement d'un bataillon spécial)
Aujourd'hui les infos concernant les pertes subies par les deux 2 belligérants continuent de fuser sur les réseaux sociaux, confirmant malgré des chiffres contradictoires l’âpreté des combats. Le 19 matin, alors que les communiqués de Kiev minimisaient toujours les pertes tout en les médiatisant (certainement pour détourner l'attention de l'effondrement et à la nationalisation de la "Privat Bank", ce qui a fait perdre 5 milliards de dollars à l'Ukraine en 1 jour), plusieurs informations en rapportaient une ampleur plus importante et qui ne cesse depuis d'augmenter d'heure en heure.

Le commandement ukrainien a commencé aujourd'hui à admettre que les pertes subies étaient importantes mais ici encore, le chiffre de 70 tués qui est désormais avancé dans plusieurs sources autorisées reste encore certainement très inférieur à la réalité.

Plusieurs combats violents ont en effet eu lieu sur plusieurs points de cette ligne de front comme celui de l'étang de Markov Yar, un plan d'eau entre Lozove et Kalinovka. Dans ce combat violent, une unité de la 54ème brigade ukrainienne qui avait dans un premier temps réussi a bousculer la première ligne de défense s'est retrouvée prise au piège dans un mini-chaudron par une contre attaque républicaine.



Les pertes de cette unité ont été très importantes au cours de la journée suivante du 19 décembre et au minimum 25 soldats ont été tués dans les combats, dont plusieurs corps se trouvent aujourd'hui à la morgue de Debalsevo. Un des assaillants ukrainiens blessé "Nyama", à l’hôpital de Karkhov où il a été évacué raconte "Nous avons eu 25 tués au bout de seulement trois heures de combat, c'est la vérité, je l'ai vu. Et environ 35 blessés. Nous ne sommes que six à être sortis de cette bataille." 

Et ce combat n'est pas le seul dans lequel les ukrops ont été gravement défaits, car d'autres soldats ukrainiens rapportent avoir aussi subi des pertes importantes sur Kalinovka (près de Debalsevo) ou Kalinovo (près de Stakhanov, plus au Nord). Dont principalement :

  • 40 tués et blessés près de Kalinovka, en traversant un de leurs champs de mines
  • 70 tués et blessés près de la hauteur "223" entre Kalinovka et Lozove
  • D'autres pertes près de Kalinovo 
  • Enfin des pertes certaines lors des tirs républicains de barrages ou de contre-batterie 
Pour évacuer leurs blessés et leurs tués le commandement ukrainien a demandé à plusieurs reprises des cessez le feu au cours des deux derniers jours. Ces derniers ont été évacué vers Artemovsk où la morgue a été interdite au public, via Svitlodarsk où l'éclairage a été coupé pour rendre plus discrètes les nombreuses évacuations sanitaires.

Des transports aériens ont également été mis en place par les ministères ukrainiens pour désengorger les hôpitaux proches du front et qui arrivent à saturation de places disponibles.

Du côté républicain, ne nous leurrons pas, nos pertes sont également importantes même si elles sont moindres du fait de la position défensive "moins risquée" tenue par les unités engagées dans les combats. Le Le commandement a déjà déclaré pour aujourd'hui 2 tués et les urgences hospitalières de Yenakievo, Gorlovka ont également admis de nombreux blessés en provenance du front et les hôpitaux de Donetsk et Lugansk se sont organisés pour leur prêter main forte, en cas de saturation des services.


Un fils d'Ukraine sacrifié par le régime de Kiev dans cette guerre insensée ordonnée par Washington
Pourquoi montrer la photo de ce corps sans vie ? 
Parce que c'est le vrai visage de la guerre, celui qui se cache derrière tous les communiqués officiels agitant les sentiments patriotiques au dessus des sacrifices embellis.

Autant on peut se réjouir de la victoire militaire des forces républicaines qui, une fois encore tiennent le choc avec bravoure devant les assauts blindés de Kiev, autant on doit être attristé par toutes ces vies gâchés et sacrifiées sur l'autel oligarchique des marionnettistes du Maïdan et que les vrais responsables de ces carnages ne se retrouvent jamais couchés dans une chambre froide inconnue mais restent vautrés dans leurs palais dorés de Kiev ou de Washington.


Une amie de Donetsk dont une partie de la famille est du côté ukrainien me résumait cette tragédie européenne ainsi: "le Maïdan et cette guerre de Kiev ont brisé à jamais tous nos rêves" 


Car cette guerre ne l'oublions pas, est une guerre fratricide qui oppose deux communautés slaves issues de la même matrice culturelle et jetées l'une contre l'autre par une minorité d'excités manipulés par la ploutocratie occidentale, et il est fort probable que le patronyme de cet ukrainien soit autant slave comme pour celui de Aseev Denis Nikolaevich, ce jeune homme de 30 ans tué au combat le 18 décembre 2016 avec d'autres de ses camarades, en défendant ce front de Debalsevo. 

Paix à son âme 
car il a rejoint les rangs du régiment éternel de la Novorossiya !
 
Erwan Castel, volontaire en Novorossiya

Pour suivre les infos militaires de cette zone du front, voir le lien suivant : Debalsevo
Les sources de cet article sont diverses mais principalement issues du réseau social VK dont vous pouvez retrouver les liens principaux dans la colonne de gauche de cette page  ("Réseau social VK")
 
 
S'il vous plaît, pour m'aider dans ce travail de réinformation
 
Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer seul et à plein temps malgré une absence actuelle de revenus et une censure de mon travail par les agences de presse occidentales collabos ... et locales, obsédées par la recherche du monopole de l'information.
Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés des virements vers le Donbass
Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.
En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel 
 
Bien à vous 
Erwan


21/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres