Korotchenzov

Jeux troubles et accords étranges entre certains observateurs de l'OSCE et l'armée ukrainienne

7 Oct 2016

Si depuis le début du conflit, l'OSCE n'a eu de cesse de se discréditer par son comportement (en évitant par exemple de venir sur les lieux bombardés pour constater les faits) et ses rapports plus que partiaux, tout en revendiquant une pseudo neutralité, ces derniers temps, les preuves contre cette soit-disant neutralité et leur impartialité deviennent légion.

 

Après l'arrestation d'un de ses traducteurs qui travaillait en fait pour le SBU (services secrets ukrainiens), après avoir couvert plusieurs crimes de guerre graves de la part de l'armée ukrainienne, comme le bombardement de l'hôpital de Yelenovka, et avoir admis à demi mots lors d'une conférence de presse qu'ils travaillent en réalité pour l'Ukraine, l'OSCE poursuit sur sa lancée en se rendant désormais complice des bombardements de provocation de l'armée ukrainienne.

 

En effet, hier lors de son rapport de situation quotidien, le commandant en second de l'armée de la République Populaire de Donetsk (RPD), Édouard Bassourine à déclaré que d'après une de leurs sources au sein du quartier général de la 30e brigade des forces armées ukrainiennes, le 5 octobre, les soldats du 1er bataillon de cette brigade ont bombardé les positions des forces armées de la RPD afin que ces dernières ouvrent le feu en retour et que ces tirs soient enregistrés par un groupe de journalistes de la chaîne ICTV venus spécialement pour çà, mais aussi par un drone de la Mission de Surveillance Spéciale (MSS) de l'OSCE.

 

Il a aussi été découvert qu'un accord a été conclu entre le commandement de la 30e brigade et certains observateurs de la MSS de l'OSCE, afin que ces derniers ferment les yeux sur les bombardements de l'armée ukrainienne. Suite au fait que les unités de l'armée de la RPD n'ont pas réagi à ces provocations, les soldats ukrainiens ont dû procéder eux-mêmes aux bombardements de leurs propres positions.

 

Édouard Bassourine a exhorté l'OSCE a faire toute la lumière sur cet incident et à enquêter sur cet accord contre certains de ses employés et la 30e brigade de l'armée ukrainienne visant à collecter de fausses preuves de violation du cessez-le-feu par l'armée de la RPD et à dissimuler les bombardements de provocation de l'armée ukrainienne.

 

Il est vraiment temps que l'OSCE fasse le ménage dans ses rangs et mène de véritables enquêtes contre ces manquements et incidents à répétition si cette organisation souhaite continuer à jouer les arbitres « neutres » dans ce conflit. Faute de quoi, sa partialité avérée finira par discréditer toute sa mission, et mettra fin définitivement au cessez-le-feu qu'elle est censée aider à maintenir.

 

Christelle Néant

à la une de DONiSuggested Articles



08/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres