Korotchenzov

Kiev reconnaît et poursuit son offensive

Point de situation militaire dans l'arc Svitlodarsk

Voilà maintenant 4 jours que des combats se déroulent à la jonction des 2 républiques populaires du Donbass qui sont confrontées à une offensive ukrainienne dans la direction de Debalsevo, ce carrefour routier et ferroviaire stratégique vital à la tenue du front républicain.

Rappel de la situation générale
Les principaux combats se déroulent entre Kalinovka et Lozove, villages républicains situés sur l'axe d'attaque principal de l'offensive de Kiev, qui part de Svitlodarsk en direction de Debalsevo, mais aussi à Kalinovo plus au Nord, dans la direction de Stakhanov.
  • Depuis le 18 décembre les forces armées ukrainiennes ont lancé après de violentes préparations d'artillerie plusieurs assauts en direction de Debalsevo, qui représente un nœud de communication très important entre Lugansk et Donetsk et qui a été déjà le théâtre de violents combats pendant l'hiver 2014-2015, jusqu'à la signature des nouveaux accords de Minsk (Minsk 2 le en février 2015)
  • Après avoir été bousculés sur leur première ligne de défense, les forces républicaines ont réussi à contenir l'offensive de Kiev et même lancé des contre-attaques le 19 décembre après midi.
  • Les 20 et 21 décembre, les combats se sont poursuivis ainsi que les bombardements ukrainiens qui se sont étendus jusqu'à la deuxième ligne de front, en lisière Nord de Debalsevo, tandis que de part et d'autre des renforts continuaient a arriver.
 
Les preuves de l'offensive ukrainienne
 
Dans cette opération menée par l'armée ukrainienne, la propagande de Kiev a cherché d'une part à minimiser ses pertes de façon grossière mais surtout d'accuser les forces républicaines d'avoir initié l'offensive.
 
Or les faits aujourd'hui sont là pour prouver qu'il s'agit bien d'une nouvelle violation grave des accords de Minsk organisé par le commandement ukrainien 
 
Des pertes ukrainiennes très importantes

- Tout d'abord les pertes qui sont importantes des deux cotés du front révèlent par leur écarts qui est le défenseur et qui est l'agresseur, ce dernier par définition s'exposant beaucoup plus que le premier. Or, selon de nombreux témoignages républicains mais aussi ukrainiens,  nous avons plus d'une centaine de tués et plusieurs centaines de blessés; alors que du côté des forces de la République de Lugansk, quelques dizaines de tués et blessés ont "seulement" été enregistrés.
 
Dans ce reportage à Svitlodarsk, un volontaire ukrainien  dénonce le manque de moyens sanitaires qui reposant principalement sur des personnels et moyens bénévoles, ne permet pas de gérer le nombre très important des blessés qui ne peuvent même plus être évacués à l'arrière du front. Pendant les 2'45" du témoignage, on peut voir des blessés qui reviennent du front dans des transport improvisés tandis que plusieurs ambulances partent et reviennent des hôpitaux où ils sont évacués.
 
"Je lance un appel au Président de l'Ukraine Petro Porochenko, je lance un appel au ministre de la Défense de l'Ukraine. Je voudrais poser une question. Nous sommes maintenant près de la Debaltsevo, derrière nous il y a un combat. En ce moment nous évacuons des blessés et nous sommes surchargés ! Pourquoi devons évacuer les soldats blessés dans  des véhicules civils de bénévoles ? Pourquoi les gens vont en première ligne avec des poubelles alors que tout le reste,  et même les mini-fourgonnettes ordinaires, que le ministère de la Défense doit fournir aux soldats qui se battent, sont à Kiev. Pourquoi, au  25e Bataillon il n'y a pas une seule ambulance pour l'évacuation des blessés ? Il n'y a pas d'ambulance sur nos deux positions avancées ... c'est nous, les bénévoles, qui acheminons non seulement des petits pains et des gâteaux, et même des munitions....  dit ce volontaire, 
 
 
Sur les réseaux sociaux ukrainiens, les photos des tués à Svitlodarsk commencent à apparaître tandis que des communiqués non officiels comme ceux des bataillons spéciaux reconnaissent la perte de dizaines de combattants (Azov avant hier annonçait par exemple 18 tués pour la seule journée du 18 décembre) 
Sont également signalés les saturations des hôpitaux du front qui sont obligés maintenant d'évacuer plus loin les blessés, faute de pouvoir les accueillir ou d'avoir les produits nécessaires à leur traitement (un manque de sang a été signalé sur les réseaux humanitaires )
 
Des blessés graves ne pouvant plus être pris en charge dans les hôpitaux saturés du front sont évacués vers l'arrière 
 
Du côté républicain de nombreux corps de soldats ukrainiens ont été relevés du champ de bataille. Certains de ces soldats avaient des blessures non mortelle mais ils sont morts de froid, faute d'avoir pu être évacués (il fait -18° en ce moment pendant la nuit), comme ce soldat découvert lors d'une contre-attaque républicaine. 
Je note également que ce soldat mort de froid après avoir été abandonné blessé sur le terrain, ne dispose pas d'équipement de protection de combat comme ceux qui équipent la plupart des soldats aujourd'hui engagés sur le front.

Actuellement la morgue de Debalsevo se remplit des corps de ces soldats ukrainiens sacrifiés, tués au combat ou simplement morts de froid. 
 
Au minimum une centaine de tués ukrainiens...
 
Les pertes réelles de l'armée ukrainiennes sont donc beaucoup plus importantes que celles déclarées par les communiqués officiels, et le chiffre de 100 tués est aujourd'hui cohérent avec les infos recueillies.
Et en multipliant ce chiffre par 3 qui est le ratio moyen observé on a une idée de l'effectif des blessés et des évacués sanitaires victimes des rigueurs de l'hiver, particulièrement agressif en ce moment dans ce secteur.
 
Le 21 décembre, Alexey Zhuravko, un ancien député du parlement ukrainien a également confirmé ce chiffre qu'il qualifie de minmum expliquant : "Troisième jour de violents combats dans le Donbass. Aujourd'hui selon l'information qui me parvient, les hôpitaux ukrainiens sont saturés. Plus de trois cents soldats de l'armée ukrainienne sont blessés et plus d'une centaine dont été tuées ", 

Dans la journée du 22 décembre on apprenait que l'état - major général de l' Ukraine a envoyé une commission ATO, afin d’enquêter sur les grandes pertes subies dans la zone Debaltsevo et dont beaucoup serait imputables à des fautes graves du commandement comme par exemple les 40 soldats qui avaient été engagés dans un de leurs propres champ de mines ou plus récemment de 19 autres soldats (dont 11 tués) pris sous le feu de leur artillerie.


 
 
Une avancée des troupes d'assaut ukrainiennes revendiquée

Ensuite, et malgré la résistance des unités républicaines qui sont parvenues à juguler l'offensive ukrainienne, cette dernière a permis à Kiev de grignoter une partie du terrain dans le secteur de Kalinovka et Lozove.

Ce secteur républicain entre Uglegorsk et la ligne de front est plus qu'une étape vers Debalsevo, il constitue lui même un objectif intéressant à contrôler car on y trouve :


  • Des hauteurs permettant de contrôler la route Lugansk-Donetsk
  • De constituer une base d'assaut et d'appui feu pour attaquer Debalsevo
  • De contrôler le réservoir d'eau alimentant la région 
  • ainsi que deux centrales thermiques, Mironovskaya et Uglegorsk
 
 
Hier, Oleksandr Tourtchinov, le secrétaire du Conseil de défense et de sécurité nationale d'Ukraine venu en visite sur le front à Svitlodarsk, reconnaissait que les forces ukrainiennes avaient gagné du terrain et que l'offensive appelée "contre-attaque" allait se poursuivre. Cette déclaration du père de l'opération spéciale dans le Donbass, comme la situation sur le terrain confirment la position exprimée récemment par celui qui est ici surnommé "le pasteur sanglant"

Contrairement à la majeure partie du Donbass qui est un paysage de steppe très plat drainé par quelques rivières, la zone située au Sud de Svitlodarsk est plus accidentée et dispose d'une ensemble de petites collines à partir desquelles peuvent être organisés des points d'observation et d'appui capables de soutenir une offensive vers Debalsevo.


 22 décembre 2016 - Bombardement ukrainien près de Kalinovka 
Dans cette vidéo de Graham Philips du 22/12 
on peut voir la configuration accidentée du terrain 

Au vu des attaques réalisées par les "ukrops" il semble que l'intention de l'état major de Kiev était de s'emparer d'une série de collines dans ce secteur avant de prolonger l'offensive vers le Sud, et c'est pour leurs contrôles que ce sont déroulés les combats les plus meurtriers depuis le début de la bataille.


Parmi les points d'appui que Kiev a voulu prendre aux républicains, se trouve la colline "223" entre Kalinovka et Lozove. 



La côte "223" est une petite colline à mi chemin entre Debalsevo (républicain) et Svitlodarsk (territoire occupé) sa position surélevée permet de contrôler l'ensemble du secteur. Selon des témoignages de soldats, lors de l'attaque initiale une unité ukrainienne a réussi a prendre pied sur la position mais faute d'appui suffisant et de renfort (des soldats évoquent entre autre l'ébriété avancée de leur commandant), elle a été rapidement abandonnée au moment d'une contre-attaque républicaine. Plus tard la colline, fortement bombardée aurait été abandonnée et laissée libre, mais elle serait à nouveau aujourd'hui sous le contrôle des forces républicaines.

Malgré leur échec à s'emparer de la colline "223", les ukrops ont réussi a avancer d'environ 1500 mètres à l'intérieur du dispositif défensif républicain tenu par la 7ème brigade qui a du positionner en retrait ses équipements. Depuis ce nouveau dessin de la ligne de front, des groupes de combat du "Prayvi sector", radicaux paramilitaires intégrés dans l'organigramme de la 54ème Brigade ukrainienne, ont été déployés à proximité de cette hauteur stratégique et mènent des infiltrations offensives pour tenter de s'en emparer.


Bombardement ukrainien de la côte "223" (obus de 122mm)

Actuellement les informations qui filtrent de ce front sont encore confuses, comme à priori la situation sur le terrain où les belligérants dans certains secteurs ne sont parfois qu'à 70 mètres les uns des autres dans des positions de combats improvisées et régulièrement bombardées.il semblerait cependant que les forces ukrainiennes, sans réussir à enlever les objectifs assignés ont toutefois réussi a aménager de nouvelles positions avancées au nord et à l'Ouest de l'étang voisin. C'est certainement à ces petites avancées de quelques centaines de mètres (mais à quel prix !) et sans grande importance stratégique que Tourtchinov fait allusion lorsqu'il félicite son armée des conquêtes réalisées sur les forces républicaines.

Tourtchinov (en capuche noire), inspectant le front de Svitlodarsk le 21 décembre 2016
 
Le 21 décembre, les bombardements ukrainiens se sont étendus vers le sud de la zone des combats, pilonnant également la deuxième ligne de défense républicaine située sur la lisière nord de la ville de Debalsevo. 

L'administration de la ville a préparé 30 abris pour faire face à de nouveaux bombardements sur la ville, ainsi que des réseaux haut parleurs de diffusion d'alerte aux bombardements (dont 2 véhicules). et hier, 21 décembre, l'artillerie de Kiev a frappé à nouveau en fin d'après midi, ce qui n'était pas arrivé depuis février 2015. Pendant ces bombardements 3 maisons et un garage dans Debaltsevo ont été endommagés dans les rues Kourtchatov et Oulianov. tandis que dans le village de Novogrigorovka un coup direct a détruit une maison.


Bombardements ukrainiens du 21 décembre 2016 en fin d'après midi (vers 16h30)

Pour la seule journée du 21 décembre dans ce secteur précis du front, l'artillerie ukrainienne a tiré  380 obus de mortiers de 82 et 120 mm et obus d'artillerie de 122 et 152 mm.


Immeuble de Debalsevo touché par les bombardements ukrainiens du 21 décembre 2016

Il faut observer que l'escalade des attaques ukrainiennes ne se limite pas à ce secteur particulier du front car plus au Sud, à Yasinovataya, Donetsk-Nord, Staromikhaïlovka, Trudovsky et Dokuchaievsk, les forces ukrainiennes ont intensifié leurs bombardement et même tenté des reconnaissances offensives comme au village de Spartak le 20 décembre.
Au cours de la journée du 21 décembre les forces ukrainiennes se sont rendus responsables de 968 violations du cessez le feu sur le front de la République de Donetsk.
 
Une offensive ukrainienne mourante 
ou à la recherche d'un second souffle

 
Aujourd'hui, 22 décembre 2016, au 4ème jour de la bataille, vers 8h00, afin de servir les tirs d'artillerie en cours, les ukrainiens ont dirigé 3 drones d'observation vers la ceinture Nord de Debalsevo où se situe la deuxième ligne de défense républicaine. Après qu'un des drones ait été abattu, les 2 autres ont fait demi tour et se sont repliés vers leurs lignes.

Sur le terrain, des échanges de coups de feu persistent entre les positions devenues proches aux cours des derniers combats mais globalement la situation est plus stable que les jours précédents les unités républicaines renforcées depuis 2 jours sont solidement accrochées au terrain..


Un reportage de Patrick Lancaster, le 22 décembre
un des très rares reporters à être sur le terrain
A 9'35" c'est un drone ("bezpilotnik") qui est repéré
 
Vers 12h00, les artilleurs ukrainiens ont à nouveau visé les lignes républicaines et la périphérie nord de la ville de Debalsevo, sans toutefois accompagner leur bombardement d'opérations offensives au sol.

Dans l'après midi puis en soirée vers  22h00 l'artilerie lourde ukrainienne a repris ses pilonnages sur les lignes de défense républicaines.



Tandis que dans le Sud de la DNR près de Shirokino une attaque ukrainienne a été tenté en vain à la faveur d'un épais brouillard, l'offensive ukrainienne sur Debalsevo s'est quant à elle "tassée" malgré la continuité des échanges de tirs et des bombardements.

De toute évidence les forces ukrainiennes même si ça et là elles ont pu grignoter quelques lambeaux de terrain ont échoué dans leur offensive dont l'objectif visible était de prendre Debalsevo avant la fin de l'année et vraisemblablement avant la traditionnelle "trêve de Noël" qui jusqu'à présent a plus ou moins été respectée. 


Voici donc une armée ukrainienne stoppée dans son élan à quelques kilomètres seulement de ses bases de départ et qui a chèrement payé les 3 premiers de son offensive sans même parvenir à un seul de ses objectifs intermédiaires. La suite à donner à cette offensive insensée est simple :

  • Soit Kiev abandonne son idée de reprendre Debalsevo et renvoie les cercueils des sacrifiés à la colère de leurs familles en essayant de faire avaler sa propagande à la fois victimaire et victorieuse "d'une armée  glorieuse qui résiste à force sacrifices héroïques à l'offensive brutale de toute l'armée russe",
  • Soit Kiev décide d'aller jusqu'au bout quel qu’en soit les conséquences et de relancer dans les heures qui viennent son offensive avec l'aide des renforts qui continuent d'affluer sur cette zone de front particulièrement tendue, mais vraisemblablement dans d'autres secteurs du front où elle devra fixer les renforts républicains potentiels.
Au vu de l'activité de l'artillerie ukrainienne dans le secteur et des renseignements concernant l'arrivée de nouveaux renforts, il est probable que Kiev joue la deuxième option de prolonger son offensive.
 
Actuellement d'autres secteurs sont en ébullition comme Yasinovataya et Dokuchaievsk par exemple et qui présentent également des enjeux et une situation propices à une offensive ukrainienne.
 
Cette fin d'année risque donc de voir la neige du Donbass fondre encore sous l'acier brûlant et le sang des combattants qui depuis plus de 2 ans sont dressés face à face dans une guerre de tranchées venu d'un autre temps tracer un sillon de feu dans cette vieille terre d'Europe...
 
Erwan Castel, volontaire en Novorossiya 
Pour suivre les infos militaires de cette zone du front, voir le lien suivant : Debalsevo
Les sources de cet article sont diverses mais principalement issues du réseau social VK dont vous pouvez retrouver les liens principaux dans la colonne de gauche de cette page  ("Réseau social VK")

Lance-grenades automatique "AGS 17" capable de tirer 400 grenades de 30mm / minute

 
S'il vous plaît, pour m'aider dans ce travail de réinformation
 
Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer seul et à plein temps malgré une absence actuelle de revenus et une censure de mon travail par les agences de presse occidentales collabos ... et locales, obsédées par la recherche du monopole de l'information.
Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés des virements vers le Donbass
Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.
En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel 
Bien à vous 
Erwan


23/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres