Korotchenzov

LES USA, VRAIS CONS A L'ONU ET FAUX CULS A MINSK

A l'ONU, occidentaux refusent de négocier et poussent le Monde vers la guerre

Pour nourrir le discours électoral de la candidate Clinton et servir les ambitions géostratégiques de la ploutocratie étasunienne, les occidentaux usent du chaud et du froid en tentant de sauver leur acquis en Ukraine et en Syrie.

Derrière leurs menaces ou leurs flagorneries, ls neo-cons poursuivent obstinément le même objectif qui est de porter le chaos jusqu'aux portes de la Russie et de la provoquer dans une guerre mondiale qui paraît aujourd'hui de plus en plus inévitable

Mais dans cette fuite en avant suicidaire, a force de jouer avec le feu Washington risque fort de se brûler les doigts... et le reste !

Erwan Castel

http://alawata-rebellion.blogspot.be/…/blocage-diplomatique…

 
Malgré leurs chronologies et déroulements différents, depuis 2014 j'ai qualifié les conflits en Syrie et en Ukraine de "conflits jumeaux" du fait de leurs communs commanditaires étasuniens, leurs enjeux géostratégiques énergétiques et leurs menaces pour la Russie. 
 
Antérieur de 3 ans à la crise ukrainienne, le conflit syrien est aujourd'hui arrivé à un point de rupture gravissime et qui menace de dégénérer en guerre ouverte entre les USA et la Russie, qui selon la logique infernale des alliances serviles a de grandes malchances de déboucher sur une 3ème guerre mondiale.
 
Du côté de l'Ukraine, même si la situation est plus calme grâce notamment à la tentative de réanimation des accords de Minsk (actuellement plus utilisés par les USA comme "monnaie d'échange" sur le front syrien que arrêt de la guerre dans le Donbass), un blocage évident apparaît également sur ce théâtre d'opération pour la mise en oeuvre d'un processus de paix.
 
"Trump or Clinton" that is the question, "War" is the answer !
 
Même si le candidat Trump est malmené dans les médias et les sondages en ce moment, le milliardaire excentrique reste toujours dans la course à la Maison Blanche et menace la folle de guerre. Aussi l'administration Obama, qui veut que la stratégie de l'Hegemon néo-conservateur se poursuive, organise t-il un climat de peur pour renforcer la portée de l'argumentaire russophobe et sécuritaire de la candidate démocrate...
 
La confrontation entre les Etats Unis et la Russie qui semblait déjà inévitable vient d'entrer dans une phase d'accélération inouïe depuis le bombardement intentionnel le 17 septembre à Deir ez-Zor d'une position de l'armée syrienne par l'US air force. 
 
Alep est aujourd'hui le dernier bastion stratégique des terroristes islamistes qui ravagent la Syrie depuis 5 ans, sa libération garantira la victoire de l'armée syrienne sur les chiens fous lâchés par Washington contre le gouvernement Assad et surtout ses projets de gazoducs iraniens vers l'Europe qui concurrencent les intérêts turcs qatari, saoudiens.
 
Poussé par une défaite stratégique imminente en Syrie, par la menace toujours existante de voir Trump gagner les élections, les USA ont décidé de bloquer le jeu diplomatique en Syrie et plus encore de provoquer la Russie.
 
Tandis que les forces militaires des coalitions menées par les USA et la Russie ne cessent de se renforcer, à l'ONU, les occidentaux ont organisé hier, en 3 temps et de 2 mouvements le sabotage d'une nouvelle ( et peut-être dernière) tentative de résolution pacifique du conflit :
 
  • Primo la France a présenté une proposition qui n'est qu'une copie de l'opération de destruction du pouvoir libyen en 2011 (zone d'exclusion aérienne sauf pour les avions de la coalition...) Cette proposition d'agression ouverte contre la Syrie a été logiquement bloqué par la Moscou et d'ailleurs tellement prévisible que cela devait être son seul but, pour ensuite pouvoir accuser le veto russe "d'abus de pouvoir" 
  • La proposition russe a été rejeté par le conseil de sécurité de l'ONU, sous le prétexte fallacieux qu'elle n'avait pas le nombre de voix nécessaire. Les occidentaux subordonnent donc ici la Paix au règlement bureaucratique mais ailleurs comme en Ukraine, subordonnent ce dernier à la guerre avec les aides du FMI ou les livraisons d'armes létales.
  • Et pour finir par un affront, les représentants étasuniens, anglais.... et leur caniche ukrainien ont quitté la salle de réunion du conseil de sécurité de l'ONU, lorsque le représentant syrien a pris la parole ! Le suivisme du représentant de Kiev en dehors de l'expression d'une servilité arrogante, montre bien la connexion concertée et une stratégie commune organisée contre la Russie.
Si on rajoute en fond de tableau les déclarations de guerre à peine voilées tenues depuis des semaines par les néocons étasuniens, on est en droit de  se demander si l'exercice de sécurité civile organisé par Moscou pour 40 millions de citoyens russes n'est pas légitime et réaliste.
 
En Syrie, les USA semblent vouloir finir leur poker menteur et abattre désormais la carte de la guerre, en espérant que la Russie préventivement engage le premier tir. C'est le scénario possible qui se profile en Syrie avec le déploiement des missiles antiaériens russes S400 capables d'abattre n'importe quel avion de la coalition étasunienne qui attaquerait à nouveau des positions syriennes.
 
 
Dans le Donbass, Washington continue son poker menteur 
 
Si les objectifs géo-stratégiques étasuniens en Ukraine sont les mêmes qu'en Syrie, la confrontation entre Washington et Moscou sur le Dniepr n'est pas encore arrivée au même point de rupture et ici les néocons tentent encore de bluffer pour gagner du temps tout en faisant pression sur le Kremlin, qui n'est pas dupe mais préfère toujours dans l'intérêt des populations privilégier une mauvaise paix à une bonne guerre.
 
Le processus de paix signé à Minsk ressemble à une bouée percée dans laquelle les occidentaux plantent leurs griffes avec cynisme pour que personne ne puisse échapper à la tempête à venir. 
  • Lorsque les ministres allemand et français des Affaires étrangères viennent à Kiev pour demander à Porochenko de réformer la constitution pour accéder aux élections locales et au statut spécial dans le Donbass, il savent pertinemment qu'il demande au Président ukrainien de se mettre une corde autour du cou. 
  • Lorsque Victoria Nuland, la marraine du Maïdan, se rend à son initiative à Moscou pour appuyer le processus de paix et faire pression sur Kiev, c'est juste pour gagner du temps et jeter quelques promesses en Ukraine pour faire pencher le plateau de la balance en Syrie.
Les objectifs de cette duplicité occidentale en Ukraine sont multiples : gagner du temps, tenter un chantage avec la Syrie, et aussi tourner la page Porochenko, ce satrape qui fatigue de plus en plus ses parrains de l'Union Européenne par ses échecs multiples, la guerre et la corruption qui plongent l'Ukraine dans un gouffre sans fond, d'où ils ne peuvent retirer encore les bénéfices de leur "opération Maïdan".
 
En effet Porochenko, qui concurrence son homologue français avec 10-15% d'opinion favorable, est sûr de se retrouver complètement isolé s'il veut engager le processus de Minsk, et même de disparaître de la scène politique par un nouveau coup d'état qui d'ailleur est en préparation par les représentants de la "coalition de la guerre" (Avakov, Pariuby, Iarosh, Iatseniouk, etc...)
 
Le parlement ukrainien, qui est contrôlé par des nationalistes bellicistes et des oligarques corrompus a d'ailleurs rejeté dans sa grande majorité les amendements qui étaient le préalable à l’amorçage politique des accords de Minsk. Ces représentants estiment qu'accorder le droit à des élections locales et un statut spécial dans le Donbass reviendrait à capituler devant des séparatistes qualifiés de "terroristes russes". Mais surtout ce serait une jurisprudence pour toutes les régions et l'éclatement définitif de cette Ukraine composée de différentes communautés nationales qui ne se supportent que sous la contrainte d'un pouvoir autoritaire.
 
Les occidentaux qui savent très bien comment cela va se terminer pour les accords de Minsk forcent Porochenko "à monter sur son trône" en engageant le processus de Minsk coûte que coûte, c'est à dire en dissolvant l'assemblée ukrainienne qu'il ne réussit pas à convaincre, et tenter une nouvelle majorité...  Pour faire pression sur le pantin de Kiev, Jo Biden, le vice Président étasunien évoque le risque de voir 5 pays de l'UE se retirer du train des sanctions économiques contre Moscou (prises après le retour de la Crimée en Russie).
 
Donc pour résumer les accords de Minsk dans leur définition actuelle sont "mal barrés" : 
  • soit ils disparaissent dans une guerre ouverte en Syrie entre Washington et Moscou
  • soit ils disparaissent avec Porochenko dans un nouveau Maïdan nationaliste
  • soit ils meurent par un enlisement définitif du processus bloqué par le parlement
Porochenko, de toute évidence espère la première hypothèse car elle lui permettrait de rester au pouvoir sans endosser la responsabilité de l'échec des accords de Minsk et tout en alimentant sa politique russophobe hystérique et obsessionnelle...
 
Les néocons étasuniens derrière leurs beaux discours hypocrites ont d'ailleurs commencé à anticiper l'inévitable échec des accords de Minsk, en validant par exemple la proposition de livrer des armes létales à Kiev, en augmentant leurs soutiens techniques et économiques etc...
 
Si Washington avait voulu réellement la réussite des accords de Minsk, les occidentaux auraient tout simplement manié la carotte et le bâton en subordonnant par exemple les aides du FMI à l’amorçage du processus de paix par Kiev, l'Ukraine ne survivant que grâce à la perfusion économique occidentale, une majorité des mendiants affamés de la Rada, auraient alors voté pour la paix en échange d'une gamelle remplie...
 
Au lieu de cela Washington, en Ukraine comme en Syrie, nourrit et aiguise les crocs de ses chiens de guerre quelle espère voir lui rapporter une guerre salvatrice son économie moribonde et le maintien au pouvoir de la ploutocratie mondialiste des Soros, Clinton and Co... Il suffit pour s'en convaincre de regarder la future équipe en charge de la "sécurité nationale" de "Killary" Clinton si elle accède au trône de la thalassocratie étasunienne : une meute de soudards servant fanatiquement l'appareil militaro industriel occidental !
 
De son côté la Russie qui est décidé à stopper l'hégémonie meurtrière étasunienne, pousse Washington à abattre enfin son jeu sur la table du Monde et à assumer les conséquences de sa stratégie du chaos suicidaire...
 
Erwan Castel, volontaire en Novorossiya
 
 
Pour m'aider dans ce travail de réinformation
 Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer à plein temps malgré une absence actuelle de revenus.
Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés les virements vers le Donbass
Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.
En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel 
 Bien à vous 
Erwan
 
 


09/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres