Korotchenzov

Artem Shestakov: l'interprète de l'OSCE avoue être un espion ukrainien

mardi 19 juillet 2016

http://russiepolitics.blogspot.ch/2016/07/artem-shestakov-linterprete-de-losce.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+RussiePolitics+(Russie+politics)

Artem Shestakov, espion ukrainien travaillant pour l'OSCE
 
Hier, le FSB a arrêté en Russie Artem Shestakov, interprète pour la mission d'observation de l'OSCE dans le Donbass, qui travaillait en fait depuis deux ans pour le renseignement militaire ukrainien et donnait les informations concernant la localisation et l'importance des forces dans les républiques de Donestk et Lugansk. Etrangement, l'OSCE ne fait aucune déclaration ...
 


Rappelez-vous, en 2014, à Slaviansk les combattants avaient arrêté les membres d'une mission d'observation militaire de l'OSCE, invités par l'Ukraine. Ils furent accusés d'espionnage. A l'époque, tous les médias occidentaux criaient au coup monté et à l'absurdité d'une telle accusation.
 
Hier, lundi 18 juillet 2016, le FSB a arrêté en Russie, pour espionnage militaire au profit de l'Ukraine, un membre de la mission d'observation de l'OSCE dans le Donbass. Artem Shestakov, citoyen ukrainien né en 1984, est officiellement interprète. Mais en été 2015, il a été recruté par le SBU (services de renseignements ukrainiens) puis en septembre 2015 il a été transféré aux services de renseignements militaires ukrainiens. Il a tout avoué devant caméra. Pour les russophones:
 
 
En 2015 et 2016, A. Shestakov a mis en place un réseau d'informateurs, il centralisait l'information sur la localisation des groupes militaires dans le Donbass (qui, combien, où), sur les données personnelles des combattants (adresse, téléphone, plaques numérologiques de voitures), sur les déplacements des armements, tanks, blindés et autres. Pour réunir ces informations, il utilisait ses fonctions à l'OSCE qui lui permettaient d'entrer en contact avec les commandants du Donbass, de visiter les commandements, les réserves d'armes... Il transmettait ensuite ces informations à Sergueï Mikhailovitch Sliptchenko, son responsable dans les services de renseignements ukrainiens, soit par messages écrits, soit par vidéo (notamment les vidéos des déplacements des véhicules militaires). Cela notamment avec son téléphone, qu'il n'a pas eu le temps de totalement nettoyer.
 
A l'automne 2015, il a été donc rattaché à des groupes de diversion basés dans la ville de Stakhanov, où il a loué un garage pour faciliter ces activités. Il avait alors pour mission de réunir un maximum d'informations sur les commandants dans le but de les liquider.
 
Et ces informations étaient très bien utilisées, comme lorsqu'il a transmis les coordonnées du commandant casaque Pavel Dremov, dit Batia. Il a donné son adresse, son numéro de téléphone, le numéro des plaques de sa voiture et indiqué ses trajets habituels. Ensuite, Dremov fut tué par des groupes de diversion ukrainiens en décembre 2015.
 
Par ailleurs, il s'occupait également du recrutement d'agents ukrainiens dans différentes structures internationales en Ukraine. Donc il n'est pas le seul.
 
Après avoir enregistré sa déposition, la Russie l'a réexpédié en Ukraine, arguant du fait que cet individu ne présente pas de danger pour la sécurité du pays. A l'Ukraine et aux organismes qui l'emploient de se débrouiller avec lui. Autrement dit, il est grillé, neutralisé, comme espion il ne sert plus à rien, mais sa présence sur le sol ukrainien oblige des autorités qui n'en ont absolument pas envie à réagir. Depuis, silence. L'OSCE ne dit rien. Le pouvoir ukrainien ne dit rien. La presse se tait également. En effet, il va être difficile cette fois de dire comme en 2014 que:
«Le Kremlin ne cesse de faire des déclarations basées sur l'émotion et d'inventer des informations avec pour objectif de soutenir l'agression russe», a dénoncé le ministre ukrainien des affaires étrangères, Andriï Dechtchitsa.
Il faut un peu de temps pour créer une légende, voyons quelle histoire nous sera servie. Mais un contrôle interne par l'OSCE de ses services serait plus utile qu'une mine effarouchée, surtout si cet organisme veut tenter de garder un minimum de crédibilité.
 
A moins que l'OSCE n'ait été au courant depuis le début ...


20/07/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres