Korotchenzov

Descente de l’Ukraine dans le chaos

 ... et recul des sanctions

23 août 2014

Photo Tales of the Future I par Emilis Baltrusaitis on 500px
Source
 
L’Ukraine descend lentement mais sûrement dans le chaos. 

Un chaos dont elle risque de ne pas pouvoir se relever. L’est est déjà perdu. Cela n’a pas plus d’importance si la résistance obtient une victoire tactique un jour ou une perte le lendemain. Ce qui compte simplement c’est qu’elle ne se reposera pas avant de se trouver à Kiev. 


Il y avait encore une chance, il y a encore quelques mois, de rester unis (sans la Crimée) et même éventuellement de réaliser ce mythe importé d’une « intégralité territoriale » ukrainienne. Mais cette chance s’est envolée. 

Le maire Klitschko vient à l’aide 

Cela m’amuse particulièrement d’observer le spectacle de ces privilégiés qui donnent des conseils à ceux qui souffrent de leurs propres décisions. C’est justement un point distinctif du néolibéralisme : donner au tourmenteur le rôle de sauveur. Seulement l’idiotie pure peut émerger comme conseil, et il en fut ainsi quand le gouvernement a publié une directive pour pouvoir survivre l’hiver en Ukraine. 

Le chauffage central sera coupé, en cette période de « résistance glorieuse », dans une guerre artificiellement créée par des oligarques qui veulent s’enrichir aux dépends de la population. Gloire en effet. Et c’est ainsi que Klitschko [le maire de Kiev] prodigue ses conseils [1] :

- Isoler les fenêtres et les portes.
- De stocker des vêtements chauds, faits de tissus naturels, des bottes et des chapeaux.
- Peindre le chauffage central en rouge ou en brun pour augmenter sa chaleur (non, ce n’est pas une blague) !
- Utiliser le balcon d’hiver plutôt que le réfrigérateur. 


Dissentiment dans l’Ukraine occidentale 

Avec des milliers de troupes déployées dans l’est et des batailles acharnées qui font rage, le dissentiment qui monte dans d’autres régions ne reçoit pas toute l’attention qu’il recevra probablement dans un futur proche. Comme l’État se désintègre, le tissu qui tient l’ensemble d’un pays comme l’Ukraine, le tissu de la peur, se délite. La peur est le moyen par lequel l’Ukraine est gouvernée aujourd’hui, mais tous n’ont pas peur. 

L’Oblast de Zakarpattia est une région qui a changé maintes fois de main dans son histoire, au cours du XXe siècle. La zone frontalière contiguë avec la Pologne, la Slovaquie et la Hongrie, dans l’Ukraine occidentale, a mené campagne pour obtenir un statut fédéral et a demandé à la Russie, à l’Union européenne et aux États-Unis de reconnaître ce statut. Bien-sûr, la seule solution connue localement étant la force brute, Kiev a alors expédié 1.500 soldats à Mukachevko, et des gens suspectés d’être des « séparatistes » ont été arrêtés à Zhitomir [2]. 

Ce n’est bien-sûr pas tout, il y a beaucoup d’autres choses en cours dans l’Ukraine occidentale, comme les protestations publiques contre le nombre de morts et contre la conscription pour l’armée nazi-chocolat. 

Rendons cela encore plus amusant 

La Junte a décidé, étant donné que les choses vont si bien, de prendre d’avantage de mesures pro-actives, qui frôlent une variante de folie clinique. 

La Garde nationale (lisez : les Nazis) obtiendra maintenant le contrôle sur le « matériel nucléaire », ainsi que sur la combustion nucléaire et les déchets nucléaires [3]. 

Le recul des sanctions 

Avec le temps qui passe, les voix s’élèvent de plus en plus Tous les jours apparaissent de nouveaux rapports et déclarations d’États fâchés, forcés comme ils le sont de serrer les dents à cause de leur complète soumission à l’Empire. 

La Serbie 

La Serbie a été récompensée et a vu doubler ses exportations vers la Russie. En fait, la Serbie a été tellement excitée par cette perspective quelle a fait des heures supplémentaires pour arrêter les insoumis des sanctions [4]. 

Les tire-au-flanc des sanctions européennes 

Les tentatives pour contourner les sanctions deviennent de plus en plus courantes, avec notamment la Biélorussie qui est utilisée comme ré-exportateur. Ces tentatives pathétiques sont évidemment bloquées et un avertissement a été envoyé à la Biélorussie [5]. Les Polonais ont, en même temps que d’autres pays, approché Bruxelles [6], demandant une compensation. Cela ne poserait pas de problèmes si le monde dans lequel vit l’Union européenne n’était pas imaginaire. Dans le monde réel, l’UE a mis de coté la maigre somme de 125 millions d’euros, là où la facture de compensation s’élèvera à des milliards [(7]. 

Voici un instantané de la situation des principaux producteurs de nourriture désormais interdits d’exporter vers la Russie
  Les Les fournisseurs majeurs de nourriture à la Russie se trouvant sur la liste noire, donc interdits d’exportation vers la Russie (milliars de dollars US). Traduction : Germany = Allemagne, Poland = Pologne, USA = États-Unis, Netherlands = Pays-Bas, Italy = Italie, Spain = Espagne. Source : Le gouvernement russe, données du Centre international de commerce analysées par Reuters.

Avec l’Espagne perdant 337 millions d’euros, l’Italie 1 milliard d’euros, la Pologne 1,5 milliard, etc., les choses vont commencer à chauffer. 

Les Polonais poussent vers une escalade avec l’OMC. Quelque chose que personne ne désire car une escalade pourrait être encore plus onéreuse. 

La Suisse vient de décider de faire ce qu’elle arrive le mieux à faire, c’est à dire profiter de ces disputes des idiots de l’UE. Elle a refusé d’être un conduit permettant à l’UE de contourner les sanctions [8]. En fait, quand avez-vous pour la dernière fois lu quelque chose sur l’UE essayant de contourner des sanctions ? C’est une ironie du sort. 
La Suisse refuse d'aider les producteurs européens à contourner l'embargo russe Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_08_20/La-Suisse-refuse-daider-les-producteurs-europeens-a-contourner-lembargo-russe-7317/

La Bulgarie est le dernier chaînon faible pour le projet russe du South Stream, qui a de nouveau été mis en arrêt [9]. Sans doute sous les conseils des États-Unis, toujours prêts à aider ses favoris à s’envoyer une balle dans le pied. C’est une marque déposée des États-Unis : faire en sorte que leurs amis « aillent se faire foutre ».
Selon les mots de Boris Johnson, « les grandes gelées protoplasmiques invertébrées couchées sur leur dos » vibrent sous la pression. 

La diplomatie russe 

Le réajustement des sanctions de la Russie, qui autorise l’entrée d’aliments spécialisés, est un acte excellent pour faire savoir aux idiots en Europe que la douleur peut s’arrêter, pourvu qu’ils jouent le jeu [10]. 

Des accords commerciaux sont établis partout sur la carte, et la Russie et la Chine vivent une romance inattendue. Des opportunités longtemps laissées de coté sont reprises et des progrès se font. Prenons la Mongolie par exemple, en avez-vous beaucoup entendu parler ? Exactement. Elle a essayé de séduire les capitaux occidentaux sans succès durant des décennies et se tourne actuellement vers la Russie et la Chine. La région a une occasion excellente à proximité et ses voisins arrivent avec des cadeaux dans les mains. Les présidents russe et chinois sont prochainement attendus pour une visite [11]. 

L’opinion publique mondiale face au conflit 

Au cas ou vous l’auriez oublié, l’opinion publique perçoit même une image globale plus favorable : la résistance est vue favorablement partout dans le monde, excepté bien-sûr dans « la communauté internationale » du vieil ordre mondial délabré [12].
  Les zones en vert indiquent une perception par l’opinion publique favorable à la Novorossia

Augmented Ether (vineyarsaker.co.nz)
Traduit par Jefke pour vineyardsaker.fr 


Notes 

[1] В Киеве выпустили советы по выживанию зимой (rg.ru, russe, 19-08-2014) 
[2] 1500 украинских военных прибыли в Подкарпатскую Русь (ВИДЕО) (nedelya-ua.com, russe, 11-08-2014) 
[3] Киев разрешил Нацгвардии охранять ракеты-носители и ядерные материалы (vesti.ru, russe, 19-08-2014) 
[4] Serbia Fighting Against Re Export of Banned Produce to Russia (ria.ru, anglais, 20-08-2014) 
[5] Russia’s fresh food safety authority intercepts European supplies through Belarus (Russia Today, anglais, 19-08-2014) 
[6] Poland enlists EU help to launch WTO complaint over Russia food embargo (Russia Today, anglais, 19-08-2014) 
[7] Europe unveils €125mn in ‘exceptional support’ to food producers (Russia Today, anglais, 18-08-2014) 
[8] Switzerland to EU: We don’t want to sidestep Russian food ban (Russia Today, anglais, 20-08-2014) 
[9] ulgaria halts South Stream gas pipeline project for second time (Russia Today, anglais, 18-08-2014 
[10] Russia excludes dietary milk, some vegetables from blacklist (Russia Today, anglais, 20-08-2014) 
[11] Mongolia Seeks Economic Lifeline With Pivot to China, Russia (bloomberg.com, anglais, 20-08-2014) 
[12] Global Media Coverage of the Novoruss Revolution/a> (liveleak.com) 

Source : Ukraine’s descent into chaos and the sanction recoil (vineyardsaker.co.nz, anglais, 20-08-2014)

 Vu ici


23/08/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres