Korotchenzov

KIEV SUIT L’EXEMPLE DES NAZIS ET PRIVE LA CRIMÉE DE L’EAU

Il existe des normes juridiques internationales qui permettent de les résoudre assez efficacement, dit Andreï Grozine de l’Institut russe des Etats membres de la CEI.

Il y a plusieurs grandes conventions en la matière qui interdisent ce genre de comportements.

Kiev suit l’exemple des nazis et prive la Crimée de l’eau

Par La Voix de la Russie | Les forces nationalistes qui sont arrivées au pouvoir à Kiev, essaient de provoquer la sécheresse en Crimée au sens propre du terme. Il y a une semaine la junte de Kiev a ordonné de fermer les écluses du canal de Crimée du Nord qui fournit à la péninsule jusqu’à 85% de l’eau utilisée en agriculture.

Aujourd’hui le canal est quasiment vide. Les écluses ont été fermées malgré que la Crimée soit à jour dans ses paiements pour l’eau de Dniepr. Celle-ci est actuellement jetée dans la mer Noire. C’est ce qu’ont fait les occupants nazis lors de la Seconde guerre mondiale.

La décision des autorités ukrainiennes de priver la péninsule de l’eau compromet la récolte des fruits et légumes en Crimée ce qui porterait le préjudice se chiffrant à quelque 5 milliards de dollars à l’agriculture de la péninsule.

Quant à l’eau potable, il n’en aura pas de pénurie. Il y en a assez, explique l’adjoint du président du Conseil des ministres de la République de la Crimée, Roustam Temirgaliev. Ce sont les agriculteurs qui auront les difficultés. Mais la Crimée ne compte pas céder. « Nous avons déjà contacté les entreprises russes, par exemple, la compagnie « Roshydro », et procédons à l’étude des couches aquifères. Le problème d’eau sera prochainement résolu en Crimée », a indiqué Roustam Temirgaliev.

« La junte à Kiev, on n’a pas d’autre nom pour elle, fait recours à des méthodes inhumaines afin de satisfaire ses ambitions politiques. Elle n’arrive toujours pas à accepter et à reconnaître le droit de 97% des habitants de la Crimée qui ont participé au référendum du 16 mars, de vivre dans la Fédération de Russie. Ces méthodes sont inhumaines mais ce n’est pas tout. Seuls les régimes fascistes y ont fait recours. »

Les méthodes fascistes, ce n’est une simple figure de style du vice-premier ministre de la Crimée. En automne 1941 les troupes nazies ont essayé de faire capituler Odessa en privant de l’eau la ville assiégée. De la même façon que le gouvernement d’Iatseniouk aujourd’hui, il y a plus de 70 ans les nazis ont arrêté la station de pompage et coupé le canal qui fournissait de l’eau aux habitants de la ville.

Les conflits liés aux ressources en eau ne datent pas d’hier. Il existe des normes juridiques internationales qui permettent de les résoudre assez efficacement, dit Andreï Grozine de l’Institut russe des Etats membres de la CEI. Il y a plusieurs grandes conventions en la matière qui interdisent ce genre de comportements.

Le Crimée du Nord a été construit entre 1961 et 1971 et a nécessité la mobilisation des toutes les forces de l’Union Soviétique. Aujourd’hui les autorités de Crimée et les pouvoirs à Moscou étudient des projets de construction d’usines de dessalage de l’eau de mer, de forage de nouveaux puits et de construction d’un conduit reliant la région russe de Kouban à la Crimée par le détroit de Kertch. En privant la Crimée de l’eau, les autorités « coloniales » à Kiev pourraient être les premiers à en essuyer les plâtres la péninsule n’étant plus obligée à payer pour la fourniture de l’eau de Dniepr.

 

 



25/04/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres