Lyuba  LulkoPar Lyuba Lulko – Le 19 novembre 2015 – SourcePravdaReport

En 1999, M.POUTINE a promis de poursuivre  et détruire les terroristes jusque dans les toilettes chiottes(sic) . Tous les chefs de guerre tchétchènes – de Bassaïev à Oumarov – ont en effet été détruits. Les récentes attaques de missiles de la Russie avec des bombardiers stratégiques et un sous-marin sont venusCOMME un signe d’avertissement pour les pays qui soutiennent les terroristes.

 

Russia warns Turkey and Qatar. Russia fights terrorism
AP photo

Article 51 de la Charte des Nations Unies

Dans la lutte contre le terrorisme, la Russie agira conformément à l’article 51 de la Charte des Nations Unies. L’article réglemente le droit à l’auto-défense pour un État, a déclaré Poutine. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a souligné lors d’une réunion avec son homologue libanais que la Russie allait mettre en œuvre l’article par tous les moyens, militaires, diplomatiques etFINANCIERS.

L’Article 51 de la Charte des Nations Unies dit que la Charte ne porte nullement atteinte au droit naturel de légitime défense, individuelle ou collective, dans le cas d’une attaque armée contre un membre de l’ONU, jusqu’à ce que le Conseil de sécurité de l’ONU prenne des mesures pour maintenir la paix et la sécurité internationales.

À l’origine, le documentPARLE d’une invasion directe d’une armée étrangère. Après les attaques du 9/11, les États-Unis ont fait appel au Conseil de sécurité des Nations Unies pour l’utilisation de la force contre le mouvement taliban, qui,COMME les responsables américains le croyaient, a orchestré les attentats de New York. Le Conseil de sécurité des Nations unies a décidé que le droit à la légitime défense pouvait être utilisé contre les groupes armés non organisés ou ceux qui n’ont pas agi au nom d’un État particulier.

Après l’attaque terroriste dans le ciel au-dessus de la péninsule du Sinaï , la Russie peut recourir à l’article 51 soit pour traduire les auteurs en justice, soit pour prendre d’autres mesures contre eux (comme les détruire).

Un des terroristes quePOUTINE a promis de détruire était le militant tchétchène Zelimkhan Iandarbiev, qui a organisé l’invasion du Daghestan en 1999. Yandarbiev a été tué le 13 février 2004, suite à une opération spéciale de la Direction du renseignement à Doha, la capitale du Qatar. La Russie avait demandé en vain son extradition par les autorités qataries depuis trois ans.

Toutes les traces conduisent au Qatar

Le Qatar est l’un des organisateurs de l’acte terroriste dans le Sinaï.

Au Qatar et en Arabie saoudite, il y a ceux qui organisent et parrainent des attaques terroristes. Ils y ont leur siège social. Il y a des gens bien connus là-bas, qui contrôlent lesACTIVITÉS terroristes en Syrie et en Irak..

«Pour moi, ces gens devraient craindre la RussieCOMME la peste. C’est à l’administration en place du pays de décider comment intimider ces gens. Le bombardement n’est pas nécessaire du tout. Il y a des méthodes d’influence complètement différentes», a affirmé leCHEF de la direction de l’Institut pour le Moyen-Orient, Evgueni Satanovski.

Selon Satanovsky, «la Russie est sur le sentier de la guerre, elle saisit un tomahawk, de grandes flèches, et commence le travail. Tout le reste n’a pas d’importance». La Russie n’a pas coordonné ses actions avec les organisations internationales pour prendre Berlin en 1945, a ajouté l’expert.

La Russie doit aller plus vite que l’OTAN

Le sous-marin Rostov-sur-le-Don a lancé des missiles de croisière Kalibr (Caliber) sur l’État islamique depuis la Méditerranée orientale. Les missiles ont suivi une trajectoire balistique au dessus de la Turquie. Les bombardiers stratégiques Tu-160, Tu-95 MS et Tu-22 ont aussi pris part à l’opération.

Si vous ne pouvez pas empêcher un combat, vous devez frapper le premier, a ditPOUTINE une fois. Si la Russie ne le fait pas, l’Otan va prendre l’initiative de mener la guerre aux frontières de la Russie. Selon la politique étrangère, l’Otan a travaillé sur ce scénario (FP : L’Otan passe à l’attaque).

A Bruxelles, les fonctionnaires de l’UE discutent de l’opération militaire en Syrie sur la base de l’article 51 de la Charte des Nations Unies. L’UE dispose de sa propre expérience : le déploiement de contingents en Afghanistan et en Irak, l’adoption du Patriot Act des États-Unis qui a donné aux services spéciaux l’occasion de violer toutes les lois en cas de menace terroriste. L’UE a imposé des sanctions sur lesPAYSqui soutiennent le terrorisme et renversé des présidents légitimes.

Curieusement, l’Arabie saoudite, l’un des organisateurs de l’attaque terroriste du 11 Septembre à New York, est resté impuni. Pourtant, c’est le précédent et l’ampleur de l’action qui comptent.

La Russie ne peut plus ignorer le fait que les conflits en Syrie et en Irak affectent ses intérêts les plus importants. La Russie ne peut pas laisser les terroristes tuer des citoyens russes. En développant des opérations spéciales à l’intérieur et à l’extérieur de la Syrie, la Russie doit souligner qu’elle souhaite construire une coalition ouverte.

Il est intéressant de noter que le centre de coordination des opérations aériennes menées par les États-Unis et leur coalition – sur la base aérienne d’al-Udeid – est situé au Qatar. Est-il temps de soulever la question aux Nations Unies de l’organisation d’un tribunal international contre les gouvernements de la Turquie, du Qatar et de l’Arabie saoudite pour leur implication dans le terrorisme ?

Lyuba Lulko