PRINTEMPS RUSSE. Ukraine: histoire de la fulgurance d’une révolution… rouge

Publié le mai 11, 2014 @ 13:07

alexPar Alexandre Sivov

ODESSA, Ukraine – Hier, tard dans la soirée, je me suis rendu près de la Maison des syndicats. L’ambiance y était sombre. Sur place, une vingtaine de personnes. Soudain, une personne est entrée, munie de petites lanternes, devant des policiers plantés-là, mais qui n’empêchent à personne d’entrer en plein nuit dans ce bâtiment incendié. A l’extérieur, des milliers de couronnes de fleurs et des centaines de chandelles.

Plein de tags aussi sur les murs. L’ambiance est mystique et très particulière. Etrangement, le drapeau au dessus du bâtiment est le rouge, symbole de l’ex URSS. Aucun drapeau  russe aujourd’hui.

dodo2

Les survivants de la Maison des syndicats dans la clandestinité

On parle déjà de 300 morts. Rumeurs ? Les chiffres, peut-être plus probable, selon des policiers anonymes, ce sont 120 morts. Mais qui sait, qui sait… La chiffre officiel quant à lui est de…47 tués. Ceci est que la propagande ukrainienne validée par les occidentaux. Les événements sont beaucoup plus graves, et tout le monde le dit ici même en Ukraine, chez nous. Après la farce du SBU, qui a  arrêté tous les survivants de la Maison des syndicats, tout le monde a compris que c’était pour qu’ils ne puissent parler aux médias.

 

Tous, sans aucune exception. Mais la libération des 67 survivants par une foule en colère le 4 mai  dernier, a éclairci quelques détails fermement cachés par le SBU. Ils ont raconté leur calvaire, le carnage du rez-de-chaussée et du premier étage où, des personnes ont eu les mains et les pieds coupés par les membres du Secteur droit, alors qu’elles étaient encore vivantes.

 

On a vu des cadavres éventrés, des enfants et leurs mères tués à la hache. Les corps n’étaient pas identifiables et, selon les sources officieuses, le SBU les a fait disparaître. Est-ce que j’aurai la chance de rencontrer un de ces survivants libérés et faire vidéo pour ce site ? Je ferai de mon mieux…

 

La situation en Ukraine évolue vite.

Bon à savoir : contrairement à ce que beaucoup croit en Occident, le Secteur droit n’est pas une organisation proeuropéenne. C’est officiel. Il a un autre but dans sa lutte. Il veut par exemple récupérer les terres jadis ukrainiennes appartenant pour le moment à Pologne.

Donc, si l’Europe le savait compte tenu de leur influence actuelle sur les autorités de Kiev, l’Ukraine, membre de UE, pourrait relever des chimères.  

 

D’un autre côté, ce conflit ukrainien est de plus en plus comparable à la guerre de révolution du Sud Vietnam. Il y a effectivement des combats dans le Donbass –  l’Est de l’Ukraine – et une guérilla urbaine s’annonce à Odessa et ailleurs.

Sous les drapeaux rouges, bien sûr.  Les volontaires, et pas seulement de la Russie, ont commencé à pénétrer par la frontière poreuse de la Russie, soit à titre individuel, soit de façon organisée. Le parti d’Edouard Limonov, L’Autre Russie, a annoncé la fondation de sa Brigade internationale. L’Internet russe grouille de petites annonces pour la collecte de fonds pour la Résistance russe.

 

La situation, je le répète, évolue chaque jour de façon fulgurante.

Alexandre Sivov